10 choses à faire à Bahia, Brasil [Salvador, Ilhéus, Morro de São Paulo…]

10 choses à faire à Bahia, Brasil

  1. Elevador Lacerdo – Mercado Modelo
  2. Pelourinho
  3. Igreja e convento de São Francisco
  4. Igreja Nossa Senhora do Bonfim
  5. Morro de São Paulo
  6. Moréré
  7. Boipeba
  8. Cairú
  9. Ilhéus
  10. Itacaré – Jeribuacaçu
    Que manger à Bahia ?

I. Salvador de Bahia

O Forte de Santo Antônio da Barra

 1. Elevador Lacerda – Mercado Modelo

Salvador de Bahia se divise en « deux étages » :

  • la partie basse, au niveau de la bahia de todos os santos, où vous retrouvez notamment le terminal de bateau pour aller par exemple à Morro de São Paulo. Juste à côté, vous trouvez le Mercado Modelo.
    Ce marché est l’endroit idéal pour acheter tous vos souvenirs, de belles peintures, des figurines de candomblé, des hamacs, des gadgets en tout genre, des piments… aux noms originaux dont je vous épargnerai la traduction !
Pimentas da Bahia : « Chora negão », « Queima o cú »…

En face du Mercado Modelo, vous trouverez un ascenseur public, l’Elevador Lacerca, qui vous permettra de monter à la partie haute de la ville (pour 15ct de reais (!)), où vous trouverez notamment le Pelourinho à quelques pas ainsi que diverses visites culturelles. C’est l’entrée du centre historique de Salvador, un passage incontournable et un lieu où vous pourrez admirer un beau coucher de soleil.


L’entrée du centre historique est marquée par le monument de la Cruz caída (« croix tombée »), qui symbolise l’église Igreja da Sé, qui fut détruite.

Vue depuis le monument de la Cruz caída 

2 – Pelourinho

[metaslider id=417]

Salvador et les restes des décorations des festas juninas.

Partie emblématique du centre historique, le Pelourinho est l’âme de Salvador, le premier témoin de l’esclavage sur le continent. Ses rues, élevées au patrimoine de l’UNESCO, sont colorées et authentiques, reflètent à la fois l’architecture coloniale et la forte tradition afro-brésilienne (d’ailleurs, n’hésitez pas à visiter le musée qui y est consacré).

Ogum, Museu Afro-Brasileiro

Vous pouvez vous laisser aller dans ses rues durant la journée et sentir l’atmosphère particulière de ce quartier. Des petites boutiques artisanales, un passage chez le barbier, une bière sur une terrasse, des églises portugaises, des tenues traditionnelles, les percussions du groupe Olodum qui a tourné avec Michael Jackson, l’histoire des acarajés et du candomblé, tout cela se mélange au Pelourinho !

Barbeiro, Pelourinho

3 – Igreja e convento de São Francisco

Au centre de la ville se dresse une église datant du XVIIème siècle. Entrez-y ! Ce monument vaut vraiment le détour tant sa réalisation démontre la qualité d’un travail d’orfèvres. Des décorations dorées aux fresques façon azulejos retraçant des épisodes bibliques, vous apprécierez cette visite même si, comme moi, vous n’êtes pas un fervent visiteur de lieux religieux, celui-ci vaut la peine.

[metaslider id=394]

 

4 – Igreja Nossa Senhora do Bonfim

 Vous avez peut-être déjà eu l’occasion de voir ces bracelets avant même d’avoir mis les pieds au Brésil, c’était mon cas. Ces bracelets en l’honneur de Nossa Senhora de Bonfim, la sainte des belles fins, sont une tradition séculaire dans l’état de Bahia. Avant d’être devenu un souvenir (lembrança) ou un accessoire de mode, il était un symbole religieux servant notamment à attacher un médaillon ou une image sainte. Chaque couleur de bracelet est associée à une divinité Orixas.

 

Igreja Nossa Senhora de Bonfim 

Cette sainte est connue pour ses miracles curatifs et la tradition veut qu’on se rende à cette église (30-45min de bus depuis Salvador) et qu’on y achète un bracelet, que l’on en noue un à la grille qui entoure l’église et l’autre au poignet, en faisant 3 voeux et 3 noeuds.
Vous trouverez ces bracelets partout dans l’État mais le lieu originel est celui-ci, j’ai apprécié la visite même si l’église n’est pas incroyable, l’histoire est belle, il y a plein de remerciements de gens qui auraient été curés ou qui demandent de l’aide.

 

II. Morro de São Paulo – Boipeba – Cairu – Moréré – Boipeba

Menino de Cairú

5. Morro de São Paulo

Morro de São Paulo – Départ de la tyrolienne qui finit dans l’océan…

Si vous passez quelques jours à Salvador et que vous avez le temps de changer d’air, rendez-vous sur l’île de Morro de São Paulo. 
Comme un tel coin de paradis se mérite, il vous faudra 2 heures de catamaran (75-80 reais) pour rejoindre l’île et selon l’humeur de l’océan, la traversée peut se révéler houleuse ; j’ai en effet vu des gens souffrir lors de ce trajet. Il existe des alternatives par la route (plus long) ou par les airs (sorte d’hydravions il me semble), mais elles sont moins communes.

Vista de Salvador

Une fois arrivé à bon port, vous verrez sûrement des hommes avec des brouettes vous attendant sur le quai. Ce sont des porteurs ! Il y a une bonne montée pour arriver au « centre » de l’île, qui consiste en une rue principale, où se concentrent une bonne partie des hôtels. Pourquoi des brouettes ? Car il n’y a pas de voitures sur cette île ! Donc s’il fait chaud et que vous êtes chargés, vous pouvez vous acquitter de quelques reais : j’imagine qu’il faut négocier, comme je suis encore relativement en bonne forme j’ai fait l’effort, récompensé par une bonne bière sur le toit de l’hôtel (Pousada Bahia Bacana, très sympa, petit-déjeuner copieux).

Après l’effort…

À Morro de São Paulo, le temps est à la détente, au farniente. Il y a quelques attractions, comme la tyrolienne qui finit dans l’océan, excellente expérience, pour le reste, marchez le long des plages sans fin où vous ne verrez pas grand monde si vous suivez la côte (à part beaucoup d’argentins qui « colonisent » un peu l’endroit à mon goût). Buvez une eau de coco, dégustez un plat de fruit de mers et la vie est belle, il n’y a plus qu’à attendre que le soleil se couche pour le spectacle.

Pôr-do-sol, Morro de SP

Il ne vous reste qu’à décider quelle excursion vous souhaitez faire le lendemain….

6. Moréré

Une des étapes possibles de votre excursion, les plages et les piscines naturelles de Moréré. Une eau claire et de différentes teintes azur-turquoises pour vous rafraîchir et faire un peu de snorkeling.

7. Boipeba

Boipeba, Bahia

L’arrêt incontournable de cette zone maritime, Boipeba est une île voisine de Morro de São Paulo. Il est également possible d’y passer quelques jours, si vous souhaitez quelque chose de plus isolé, vous préférerez peut-être cette partie !
Pour ma part j’y ai passé l’après-midi et dégusté une excellente dourada na grelha avant de repartir pour une escale sur un bateau qui fait dans l’élevage d’huîtres ; n’étant pas amateur, je déguste une caipirinha au maracuja et nous reprenons le large pour la dernière escale…

8. Cairú

Le village de Cairú pourrait se révéler banal mais son histoire et sa localisation font tout son charme.
Cette île « ruralisée », était autrefois la terre des Indiens Aimorés jusqu’à l’arrivée des colons qui, enchantés par le climat et la beauté naturelle de cette péninsule y fondèrent un village en conservant le patronyme d’origine tupi, qui signifie la maison du soleil.

Plusieurs excursions passent par ce village 1 heure, le temps d’une escale qui vaut la peine bien qu’elle soit « facultative » ,selon l’envie des passagers. Les rues sont vides, à part quelques touristes et dames âgées qui « fofocam » (rumeurs) sur le pas de porte. Vous pourrez néanmoins admirer les magnifiques églises et les maisons typiques qui me rappellent les rues de mon Alentejo, au Portugal. Il doit également y avoir des plages mais je n’ai pas eu le temps de m’y aventurer !

III. Ilhéus – Itacaré – Jeribucaçu

Pôr-do-sol, Ilhéus

9. Ilhéus

Catedral de São Sebastião, Ilheús

À l’origine village de pêcheur, Ilhéus est devenu au début du XXème siècle une sorte d’Eldorado brésilien : les plantations de cacao. Des travailleurs de tout le pays se rendaient dans la région pour travailler quasiment dans des conditions d’esclaves tandis que les propriétaires s’enrichissaient de cet « or noir » et luttaient pour accroître leurs terres. Jorge Amado, écrivain brésilien reconnu et né dans une plantation de cacao proche d’Ilhéus a d’ailleurs écrit un magnifique livre sur ce sujet qu’il maîtrise à merveille : Les terres du bout du monde. Une description réaliste et sans filtres des plantations de cacao du Sud de l’état que je vous recommande.

Casa amarela de l’écrivain Jorge Amado

Jorge Amado est une légende à Bahia et particulièrement à Ilhéus où vous pouvez visiter sa « maison » transformée en musée (mais honnêtement, il n y a pas grand chose à voir…). Mais lire un livre de Jorge Amado en voyageant à Bahia est vraiment une expérience intéressante. Je vous recommande mon préféré, Capitaine des sables, qui raconte la vie d’une bande d’enfants des rues de Salvador dans les années 1930. Un livre fort mais particulièrement émouvant, tant les personnages se révèlent finalement attachant.

Si vous traversez la Bahia, il peut être intéressant de vous arrêter à Ilhéus deux jours afin de profiter également des plages ci-dessous…

10. Itacaré – Jeribucaçu

Praia de Jeribucaçu

Si vous passez par Ilhéus, prenez donc une journée pour visiter Itacaré et Jeribucaçu qui se trouvent à une heure de route.

Les plages sont vraiment belles, vous pouvez faire des petites trilhas (marches) pour en découvrir certaines cachées par des forêts de cocotiers, comme Jeribucaçu, où se rejoignent l’eau du fleuve et l’eau salée. Il ne faisait pas très beau lorsque j’y suis passé ce qui gâche un peu les photos et la mer était agitée ce qui a ravi les surfeurs. J’ai choisi la chill attitude à l’image de l’amigo au pied du cocotier, terrasse au bord de l’eau, cocktail et fruits de mer  !

Praia da Concha, Itacaré

Vous pouvez manger à Jeribucaçu, il y a deux stands qui ont du poisson frais à griller mais le choix est restreint et le prix est plus élevé. Je vous recommande Itacaré pour manger les pieds dans l’eau, c’est une partie plus touristique et vous trouverez divers restaurants comme à la praia da Concha.

Que manger à Bahia ?

La région de Bahia a ses propres traditions culinaires, goûtez les mets locaux d’inspiration africaine, vous ne le regretterez pas. Mes deux découvertes favorites ont été :

  • La Moqueca, une délicieuse soupe de poisson, fruits de mer et/ou crevettes accompagnée de légumes dans du lait de coco et du fameux huile de Dendê, un produit régional phare. Vous pourrez déguster cette soupe dans tous les coins de la Bahia, ne la perdez pas !

    Acarajé da Dinha, Rio Vermelho, Salvador
  • L’Acarajé est le gout afro-brésilien de la Bahia par excellence. Recette historique, liée aux traditions Orishas très présentes à Salvador, son nom signifie littéralement « manger une boule de feu ». Cette sorte de beignet fait à partir d’une pâte d’haricots (feijão) est une offrande aux divinités réputées dans les cérémonies de candomblé. Cette boulette se sert soit avec des crevettes, soit sans, avec un mélange de légumes et je vous recommande, si vous n’êtes pas trop fragiles, d’y ajouter le fameux piment !Vous ne pourrez pas manquer les « mamas » en tenue traditionnelles qui le vendent dans la rue. Je vous recommande la dame du quartier Rio Vermelho, je crois que c’était Acarajé da Dinha. Vous pouvez prendre un acarajé et boire une bière sur la terrasse d’à côté.
    Bom apetite !

    Acarajé da Bahia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *